LA BIODIVERSITÉ URBAINE…

Pour en savoir +

Plusieurs articles sont venus questionner l’opportunité de multiplier l’installation de ruchers en milieu urbain dense. La raison serait la compétition « déloyale » que l’abeille domestique ferait à l’abeille sauvage sur une ressource nécessairement restreinte.

Le déclin des pollinisateurs, sauvages et domestiques est lié à la dégradation et la fragmentation de leur habitat, la limitation des ressources en pollen et nectar, à la contamination des plantes, des eaux et des sols par les pesticides… Nous pensons qu’il est inopportun d’opposer abeilles domestiques aux abeilles solitaires mais bien de se préoccuper du sort des pollinisateurs en général. Il serait regrettable que les apiculteurs et les naturalistes en arrivent à se disputer les rares espaces indemnes de contamination chimique alors que le reste du territoire deviendrait invivable pour l’ensemble des pollinisateurs. Apiculteurs et naturalistes (botanistes et entomologistes) doivent travailler ensemble à une réorientation des pratiques agricoles et horticoles.

Cette rubrique est ouverte aux uns et aux autres pour contribuer à promouvoir ce travail écologique commun. Notre projet est de partager nos savoirs en vue d’actions en faveur de la biodiversité dans les micro environnements de nos ruchers pédagogiques urbains


 17 visites